Lundi  20  NOVEMBRE  2017  
Espace Membre
 
Foulosophie
  • Seul DIEU sait comment il protège les testicules du nageur.
  • Les partis politiques, quels qu'ils soient, sont faits pour et par les cons.
  • La vie n'est que le commencement de la mort...
  • Si 'éléphant décide d'avaler une noix de coco, c'est qu'il a confiance à son derrière.
  • Les fesses ont beau grossir, elles n'étouffent pas l'anus.
  • La vie est à ceux qui luttent et non à ceux qui butent.
  • L'amour est douloureux parce qu'on tombe amoureux or tomber fait toujours mal.
  • La politique, c'est comme les singes. Plus tu montes, plus tu montres ton derrière.
  • Le con ne perd jamais son temps. Il perd toujours celui des autres.
  • Le mari qui veut un mariage heureux doit apprendre à garder sa bouche fermée et son carnet de chèque ouvert.
+ de Foulosophie
SERGES BEYNAUD (ARRANGEUR ET CHANTEUR) : “JE RECONNAIS DEVANT DIEU QUE JE NE SUIS PAS UN CHANTEUR”

Dimanche 2 juillet dernier, nous arrivons sous une fine pluie chez l’artiste à Yopougon Millionnaire. Il était midi. Ce n’était pas pour "côcô" son plat, mais pour le faire parler dans cette page. Nous l’avons trouvé assis au salon en train de consulter ses mails. Et c’est là qu’il nous donne de ses nouvelles, chers lecteurs. C’est ce qu’il a fait. Mais tenez-vous bien, entre deux questions, Serges Beynaud nous a donné la primeur de son prochain album titre après titre. Dans cette atmosphère plus qu’amicale, nous avons été captés par "Ma vie de star", cette chanson où il se plaint de ne plus pouvoir manger librement son “blissi tébi”l, son “garba”… Pour l’instant, "koumanlébé" !

Où étais-tu quand il y a eu les événements de Yopougon où tu habites ?
Avant les événements, j’étais en France. Il était prévu que je fasse une tournée dans la sous-région. Ce qui a coïncidé avec les événements, j’ai donc dû me baser au Burkina Faso d’où je tournais dans la sous-région. (Rires) Qui n’a pas peur de mourir, mon cher ? C’était trop chaud !

Aujourd’hui, comment tu te définis ?
Je me définis en tant qu’artiste-musicien, ingénieur de son, arrangeur.

J’ai cru que tu chantais aussi hein !
Je suis musicien. Je reconnais devant Dieu que je ne suis pas un chanteur. C’est parce que je suis arrangeur et que je connais la musique que je me débrouille pour chanter. Sinon, moi je vends le spectacle et non ma voix.

Dans ce cas, arrête donc de chanter pour faire tes arrangements !
(Rires) Pourquoi je vais arrêter de chanter ? Moi, je vends le spectacle. Maintenant, pour ceux qui vont penser que je les blague, je ne les blague pas. C’est parce que je ne peux pas venir danser sur un instrumental que je suis obligé de chanter. C’est la scène qui est mon truc !

Avec ça, les gens t’invitent par-ci, par-là …
Ils savent ce qu’ils viennent écouter du moment où il y a un message qui est lancé dans mes chansons.

Quel message tu lances dans tes chansons et puis qu’est-ce que tu apprends aux gens même ?
Le message que je véhicule, c’est la joie. Tu sais, le coupé décalé, ce n’est pas forcément des textes qui sensibilisent. Dans la musique, chacun a son rôle. Il y a des chanteurs qui sont là pour sensibiliser contre certains fléaux tels que les zougloumen et les reggaemen. Nous, faiseurs de coupé décalé, notre mission, c’est d’apporter de la joie. On ne peut pas tout le temps écouter des musiques de sensibilisation, il faut souvent déstresser, s’amuser.

Est-ce que tu as le temps aujourd’hui d’arranger quelqu’un ?
Si, j’ai le temps ! Même hier soir (samedi 2 juillet) j’étais en studio avec un artiste. En toute chose, il est question d’organisation. Ecouté, les hommes d’affaires c’est comme ça qu’ils fonctionnent. Il y en a qui ont plusieurs affaires à gérer à la fois. A plus forte raison moi qui ai seulement deux occupations c’est-à-dire chanter et arranger. Mon cher, je m’organise pour avoir le temps de respecter mes rendez-vous en studio et mes engagements pour les spectacles.

Tu dis que tu es arrangeur alors que c’est du bruit que tu sers aux gens …
Je ne fais pas du bruit ! Quand on écoute mes arrangements, on se rend compte que c’est différent de ce que les autres font. Sans toutefois dire que les autres font du bruit, moi je reconnais que je fais de la musique et non du bruit.

Donc tu penses que tu es fort quoi ?
Non, je ne dis pas que je suis trop fort, mais j’ai ma place dans le showbiz ivoirien et même africain. Parce que je suis devenu aujourd’hui un label. Je ne suis plus au stade où on fait les arrangements à deux balles. Quand on vient chez Serges Beynaud, c’est qu’on sait qu’il excelle dans son domaine. Je ne suis pas le meilleur, mais j’ai ma place.

Qui t’a blagué comme ça ? Quel artiste de renom tu as arrangé ici ?
Tu vois, il y a des gens qui arrangent des artistes qui sont déjà connus, moi je n’appelle pas ça être fort. Nous, nous avons arrangé des artistes qui n’étaient rien, mais qui se sont démarqués aujourd’hui. Quand c’est comme cela, on reconnait ta vraie valeur.

Entre nous, de la manière dont tu tchatches-là, si on te met devant des chanteurs comme Meiway, Chantal Taïba… est-ce que tu peux piquer ?
Dangereux même ! (Longs rires) hô !!! Tout dernièrement, j’ai arrangé Chantal Taïba et Savan’ Alla. J’avais un projet avec Gadji Céli et Aïcha Koné, mais la crise atout mélangé. Mais ce qui est sûr, il y a Chantal Taïba et Savan’ Alla que vous allez écouter bientôt.

Il paraît que tu es un homme ingrat qui ne reconnaît jamais le bien qu’on lui a fait …
L’ingratitude n’est pas mon truc. Je sais d’où je viens et tous ceux qui me connaissent savent que j’ai gardé les mêmes amis avec qui j’ai toujours été sincère. Si c’est concernant ma carrière, je n’ai pas pris la grosse tête. Mais je pense que quand tu évolues dans un mouvement, il faut que tu le prennes au sérieux. Un artiste est comme un homme politique. Personne ne me dira qu’il peut appeler aujourd’hui directement le Président Alassane Ouattara ! Il y a un protocole. Nous les artistes et les hommes politiques, on est au même stade de popularité. Donc, pour avoir Serges Beynaud, il faut suivre un protocole. C’est pour ça qu’il y a un staff pour filtrer les appels et autres. Si tu veux avoir Serges Beynaud pour un spectacle, ce n’est pas à lui qu’il faut parler mais à son manager et si tu veux l’appeler pour lui dire bonjour, il y a aussi ce protocole.

Serges Beynaud et ses fans féminins ?
Ce n’est pas seulement à notre niveau que ça se situe. Mais toujours est-il qu’il y a le genre de fans qui veulent coucher avec moi,mais ce sont des trucs qu’on arrive à gérer en leur faisant comprendre que ce n’est pas possible. Parce que moi je suis un homme sérieux, organisé et qui a quelqu’un dans sa vie.

Quels sont tes rapports aujourd’hui avec Béby Philippe ?
C’est une longue histoire. On a commencé tout jeunes dans le même studio. J’ai eu l’idée de faire une chanson. N’étant pas chanteur, j’avais besoin de quelqu’un pour pouvoir le faire. Connaissant son talent, je lui ai proposé de chanter avec moi. On a donc sorti cette chanson, mais nos emplois du temps ne nous permettant pas de faire la promo comme il se devait, on s’est séparés. Aujourd’hui, moi je suis sorti le premier, après il m’a suivi. Nos relations sont restées les mêmes, on est toujours amis, on continue de travailler dans le même studio. D’ailleurs, la dernière fois qu’on s’est vus, c’était au studio où il est venu jouer de la guitare sur mon dernier album.

Ah, tu as donc abandonné les singles pour un album !
Bien sûr ! C’est un album de quinze titres qui ne sortira pas ici, mais en Europe. Ici, ça sortira en single simultanément avec celui destiné à l’Europe. C’est toujours du coupé décalé. Je ne suis pas encore arrivé certes, mais quand tu es professionnel, il y a des gens organisés qui veulent travailler avec toi.

Une Gbicherie
Mon coup de gueule va contre les clashes inutiles dans le showbiz. Il y a des gens qui ont tendance à comparer Serges Beynaud a d’autres artistes. Moi, je ne suis pas en palabre avec quelqu’un, je suis ami à tous les artistes. Chacun a son étoile, son genre musical et son réseau, donc qu’on laisse chacun vivre comme il se doit.

Une anecdote
Une fois, j’étais en spectacle en Italie et en pleine prestation, mon pantalon s’est déchiré. Drap ! Mais heureusement, ça a coïncidé avec une partie de la chanson où il y a un blocage, alors, j’en ai profité pour déchirer tout le pantalon en même temps. Mais, je ne te dis pas, ça a djafoule ! Les filles ont aimé et c’était comme du strip-tease.

Interview réalisée par J. M. Tonga / kusst08@yahoo.fr / Collaboration / Bléhiri Serge Alex / blehirisa@gbich.com le 01-02-2013 13:26:07 | Vue 8318 fois | Commentaires (0)
Réagir à cette interviou
+ d'interviouuu
Article du 05-05-2014 12:04:05 | Vue 7940 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:59:08 | Vue 6577 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:25:59 | Vue 3863 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:12:24 | Vue 3813 fois | Commentaires (0)
Article du 20-02-2014 17:52:29 | Vue 7383 fois | Commentaires (0)
Article du 20-02-2014 17:40:47 | Vue 3775 fois | Commentaires (0)
Article du 21-03-2013 11:26:13 | Vue 6685 fois | Commentaires (0)
Publicité