Jeudi  21  SEPTEMBRE  2017  
Espace Membre
 
Foulosophie
  • Sexe et cerveau ne peuvent fonctionner en mme temps. Quand un est en marche, l'autre se met en mode pause.
  • Femme, c'est comme bus. Faut jamais courir aprs. Tchoco-tchoco, il en repassera. (Pareil pour l'homme)
  • Le pass instruit le prsent. Et ensemble, ils construisent le futur.
  • Ce n'est pas l'homme qui choisit la femme, c'est la femme qui choisit l'homme qui la choisira.
  • Le mariage est la seule guerre o vous dormez avec l'ennemi(e).
  • femme avare, mari escroc.
  • La dictature, c'est ferme ta gueule. La dmocratie c'est cause toujours.
  • Voleur ne va pas dans funrailles de policier.
  • Seul DIEU sait comment il protge les testicules du nageur.
  • Un coup doux, c'est bomber gu dos.
+ de Foulosophie
Publicité
PATRICIA KALOU (PRODUCTRICE ET ANIMATRICE TELE) :

Cette semaine, notre dictaphone s’est promené jusqu’ààà, c’est devant Patricia Claude Kalou que c’est allé tomber. Là, nous avons évoqué beaucoup de sujets avec la Directrice Pénérale de “Première Ligne Production”.

Vous étiez Patricia Kalou Sangaré…
Non non et non… Y a pas de nouvelles fraîches, ça fait au moins 5 ou 6 ans. Il y a tellement de nouveauté et d’actualité qu’on ne va pas revenir sur des histoires qui datent de 8 ans ou 9 ans. Je préfère ne pas revenir dessus.

Ceux qui sont à leur propre compte n’ont pas l’habitude d’être au bureau assez tôt. Ou bien, c’est pour le RDV que vous m’avez donné que vous êtes si matinale ? C’est nouveau chez Patricia ?
Je suis là tôt parce que non seulement on avait rendez- vous, mais j’ai également énormément de rendez-vous ce matin. Je pense que quand on a une entreprise, on n’a pas besoin de vous dire de venir au travail à 7 heures ou à 8 heures. Je suis consciente qu’il y a des chefs de familles qui travaillent ici, c’est de la responsabilité. Quand on est chef d’entreprise, on n’a pas d’heure. On peut venir au travail à 6 heures et en repartir à 1 heure du matin comme on peut aussi venir à midi. Cela peut dépendre aussi de ce qu’on a à faire. Ça dépend de l’attitude que vous adoptez pour que vos activités marchent.

Ok ! Vous organisez chaque année une fête pour les mamans. Est-ce que vous êtes vous-même mère ?
Je suis mère de deux garçons et très fière de l’être. Je pense que j’ai été mère assez tôt et aujourd’hui, ça me permet de vaquer à mes activités. Je suis très heureuse et épanouie. L’épanouissement est très important et c’est ce que la femme doit rechercher. Ce n’est pas seulement "Maman en or" que j’organise pour mettre les mamans en valeur. Il y a "Letagonin" qui est le salon de la femme et "Choco miss Noël" pour mettre la jeune fille sur le chemin du travail. Depuis le début, j’ai décidé de me battre pour la situation de la femme dans nos sociétés africaines.

Mais cette année, le choix de la "Maman en or" a été fort critiqué.

Si vous faites quelque chose qu’on ne critique pas, comment vous allez savoir ce qui est bon ou pas. Il faut qu’il y ait des critiques pour que nous nous améliorions. Cette année, ce n’était pas seulement des critiques, mais ce sont des gens qui n’étaient pas d’accord avec le choix du comité ad’ hoc dont d’ailleurs, les membres ne se connaissent pas avant la cérémonie. Mais vous savez, un comité ad’ hoc est souverain et ce n’est pas tous les jours qu’il est d’accord avec le public. Sinon, depuis qu’on organise cette manifestation, c’est la première fois que ça arrive. Il y a des critères et ce sont ces critères-là que le jury a respectés. Mais je pense que le public a succombé à l’émotion. Une maman qui marche tous les jours d’Abobo à Treichville et perçoit 35 000 F comme salaire avec des enfants et un mari invalide, je pense qu’elle le méritait. C’est vrai que toutes les mamans qui étaient nominées méritaient cette place, mais le jury a fait un choix. Malheureusement, ce n’est pas tous les jours que le public est d’accord avec le jury. 


Il se raconte que vous ne donnez pas tous les lots destinés aux bénéficiaires …
Vous savez, les gens racontent ce qu’ils ont à dire ! Moi, j’ai un sponsoring très important, et c’est moi qui ai décidé d’offrir des lots. Qu’est-ce que vous voulez que je fasse avec une cuisinière même si elle est importante ? Des pagnes alors que moi je ne suis pas très pagne ? Vraiment (rires) ! La preuve, il y a une émission spéciale de remise de lots qui passe à la télé donc je ne sais pas comment on peut ne pas remettre ces lots aux gens ? Les candidates sont là, les donateurs de lots ont leurs représentants, donc ça se passe très bien. Moi, je suis habituée au fait que quand vous faites quelques choses, il y a toujours des gens qui racontent beaucoup d’autres choses. Je ne tiens pas compte de ça parce que chaque jour que Dieu fait, je mets un pas devant l’autre. Je pense qu’on a besoin de critiques constructives, mais j’ai remarqué qu’en Côte d’Ivoire, les gens critiquent pour critiquer au lieu d’apporter des solutions ou quoi que ce soit. Mais bon, c’est notre société et on est obligé de faire avec. Mais Dieu merci, depuis six ans que j’organise cet événement, toutes les femmes reçoivent leurs lots et on se bat pour améliorer leur quotidien et c’est ça notre objectif.

On ne te voit jamais en pagne…
Si, mais ce n’est pas ce que je porte au quotidien. Je suis une Africaine avant tout, donc ça m’arrive de mettre du pagne selon les circonstances.

On dit que tu t’habilles au marché de Belleville ? C’est vrai ?
Où est le mal ? Chacun s’habille selon ses moyens et ses goûts ! D’ailleurs les femmes qui s’habillent à Belleville sont des femmes très élégantes. Je vais à Belleville faire des courses, je ne connais pas une Ivoirienne qui ne va pas à Belleville, mais je ne m’habille pas là-bas.

Façon tu joues les choco-là, est-ce que tu vas au village ? Si oui, es-tu déjà allée au champs, as-tu une fois cassé fagot et/ou chargé de l’eau sur la tête ?
(Rires) Je vais au village très souvent. J’ai perdu mon père et sa tombe s’y trouve. Donc j’y vais chaque fois que j’en ai l’occasion. C’est très important pour moi, mon équilibre, ma famille… d’aller sur la tombe de mon père. Mais, je ne vais pas au champ parce que les villageois que je connais ne vont plus eux-mêmes au champ (longs rires). Si j’avais encore mon père, peut-être que j’aurais eu l’occasion d’y aller. La plupart du temps, mes séjours au village ne sont pas longs. Je suis très proche de mes parents certes, mais je reste quelques jours et je retourne à Abidjan. Je ne connais pas casser fagot, charger de l’eau. J’ai tout le temps vécu en ville, mais mes parents m’ont toujours ramenée vers mes racines. C’est ce que je transmettrai à mes enfants. Je me débrouille en Gouro et en Bété, donc on ne peut pas parler de moi dans ces ethnies si je suis présente (rires).

Quels autres "deals" tu prépares ?
On travaille sur beaucoup de choses en ce moment. Désormais, je m’installe à Dubaï et à Abidjan. Donc, le prochain événement, c’est le "Dubaï tour", un voyage que j’organise sur Dubaï en novembre prochain. L’expérience m’a permis de constater que toutes les communautés sont présentes là-bas à cause des opportunités d’affaires, mais les Ivoiriens pas vraiment. J’espère que je vais pouvoir leur ouvrir ce chemin- là parce que mon entreprise là-bas est déjà inscrite à la Chambre de Commerce. Ensuite, un autre voyage pour tous les hommes d’affaires qui voudront y faire des affaires. J’ai aussi un festival de cosmétique et de coiffure qui aura lieu avant la fin de cette année et on espère que "Choco miss Noël" aura lieu.

Un message aux Ivoiriens après ces temps de crise ?
Le seul message qu’on peut avoir est un message de réconciliation. Je pense que les soixante ethnies font la diversité et la richesse des Ivoiriens. C’est un noyau et je pense qu’on gagnerait à être toujours ensemble et à se méfier de la division. Comme on le dit, "l’union fait la force" et je pense qu’il faut que nous soyons unis. On doit se retrouver et s’accepter avec nos différences.

Une gbicherie
J’ai plutôt un coup de cœur et c’est la joie que j’ai eue à retrouver toutes les Ivoiriennes qui ont subi des choses très très dures.

Interview réalisée par J.M. Tonga / kusst08@yahoo.fr Collaboration Blhiri Serge Alex / blehirisa@gbich.com le 20-02-2013 11:50:45 | Vue 6894 fois | Commentaires (0)
Réagir à cette interviou
+ d'interviouuu
Article du 05-05-2014 12:04:05 | Vue 7503 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:59:08 | Vue 6151 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:25:59 | Vue 3662 fois | Commentaires (0)
Article du 03-03-2014 18:12:24 | Vue 3594 fois | Commentaires (0)
Article du 20-02-2014 17:52:29 | Vue 7192 fois | Commentaires (0)
Article du 20-02-2014 17:40:47 | Vue 3608 fois | Commentaires (0)
Article du 21-03-2013 11:26:13 | Vue 6468 fois | Commentaires (0)
Publicité