Le Front populaire ivoirien (FPI), tendance Abou Drahamane Sangaré est sorti un jour avant le gouvernement pour dire non à cette élection du 13 octobre. C’est le leader « Abou » lui-même en personne qui a lancé ses « gbês » doux-amers sur cette élection organisée par une CEI contestée par la Cour Africaine des droits de l’homme. Il a aussi lancé des « kiaï » au gouvernement pour reporter cette élection et commencer, ensemble, les discussions pour les changements dans la CEI.  Comme l’a annoncé le Président ADO pendant la fête de l’indépendance en août passé. 

Mais côté pouvoir, les oreilles sont bien bouchées. Président ADO a dit clair clair que changement dans la CEI, c’est pour élection présidentielle de 2020. Quant au gouvernement, il a déjà calé la date des campagnes. Opposition, c’est ça on appelle coup d’épée dans l’eau.

Qu'en pensez-vous ?