La Cour Pénale Internationale (CPI)est toujours chaude pour juger Mme Simone Gbagbo chez eux là-bas deh !  C’est Fadi El Abdalla porte-parole de la CPI qui a annoncé ça,  malgré l’amnistie du 6 aout du Président Ado. Il dit que « Les amnisties ne sont pas opposables au Statut de Rome et au Droit international : elles sont valables au niveau national. La CPI pourra continuer des affaires même s’il y a des amnisties au niveau national». Donc c’est clair qu’ils ne veulent même pas laisser affaire. 

Entre temps, les avocats de l’ex première avaient calé dans leur programme  une procédure « en annulation » devant la juridiction internationale ce mois de septembre. Ils pensent que si ça a marché en Côte d’Ivoire, ça peut marcher là-bas aussi.  Mais  erreur de gawa. Fadi El Abdalla répond que :  « c’est uniquement les juges de la CPI qui peuvent constater si la procédure nationale a été sérieuse ou pas. Sur cela, ils doivent obtenir des éléments de preuves, des documents officiels de la part des autorités ivoiriennes ».

En attendant, le duel judiciaire continue.

Qu'en pensez-vous ?