A l’occasion de la journée mondiale de la presse, la Radio France Internationale (Rfi) a organisé le jeudi 3 mai 2018, un débat à l’institut français du Plateau. Histoire de faire l’état des lieux concernant la liberté de presse en Côte d’Ivoire. Ce sont trois panelistes à savoir Zohoré Lassane, caricaturiste et directeur de publication du journal satirique Gbich ! Baudelaire Mieu, correspondant Jeune Afrique et représentant Cote d’Ivoire de Reporters Sans Frontières, et Antoine Assalé Tiémoko, fondateur et Dg du journal l’Eléphant Déchainé – qui se sont prêtés aux questions de l’assemblée présente. Les trois intervenants n’ont pas manqué de relever les difficultés rencontrées par les journalistes dans l’exercice de leur fonction ; notamment les menaces qu’ils reçoivent non seulement des

politiques, mais aussi de la population. Ils n’ont pas omis non plus de souligner que la situation économique de la presse écrite n’est pas assez reluisante, ce qui fait que les conditions de travail ne sont pas réunies pour les journalistes, dont le seul but est de fournir des informations authentiques à la population.

Notons que, selon une statistique de Reporters sans frontières, ce sont 1035 journalistes qui ont été tués depuis 15 ans.

Wobrouu ! Quand est-ce qu’on sera libre vraiment ? On dirait que nos crayons et stylos résonnent plus fort que le bruit des kalachnikov hein !

Qu'en pensez-vous ? Le débat reste ouvert...