Hier Dimanche la fête de la Pentecôte a été amère pour la doyenne de la musique ivoirienne Allah Thérèse. Son mari N’goran Laloi qui l’accompagne sur toutes les scènes depuis près de 50 a rangé à jamais son accordéon. Le public ivoirien habitué au couple pratiquant de la musique tradi moderne n’aura plus jamais l’occasion de les revoir encore.

Yako à l’artiste, aux habitant de son village Konankokorekro et à toute la Côte d’Ivoire

Qu'en pensez-vous ? Le débat reste ouvert...