«Pour l’acheminement du bétail en Côte d’Ivoire, seuls les frais liés au contrôle sanitaire des animaux aux postes frontaliers sont autorisés, soit 150 FCFA par tête d’ovin ou de caprin et 250 FCFA par tête de bovin» Voici le communiqué que le gouvernement ivoirien a fait sortir il y a quelques jours pour faire baisser le prix du mouton et permettre aux consommateurs d’avoir aussi à bon prix pour bien passer la fête de la tabaski du mardi qui vient.

Hélas, sur le terrain, on dirait que y a jamais communiqué. A l’abattoir de Port-Bouet, le plus grand marché de bétail d’Abidjan, on voit beaucoup de personnes s’attraper la tête, tellement mouton est cher. Plus que l’année dernière même. Pour avoir une bonne bête, il faut sortir entre 280 000 FCFA à 400 000 FCFA. 

Ceux qui sont venus avec 150 000 FCFA doivent se contenter de mouton maigre comme fil de fer. On dit que c’est parce qu’il y a beaucoup d’intermédiaires, qu’il faut sortir au moins 2 millions de FCFA pour convoyer le mouton du Burkina en Côte d’Ivoire et aussi pour assurer la sécurité des bêtes. Vrai oh, faux oh. Ce qu’on constate, c’est que encore une fois, les mesures prises par le gouvernement ne se sentent pas sur le terrain. 
Eh ivoiriens, changeons un jour. 

Qu'en pensez-vous ? Le débat reste ouvert...