Le gouvernement ivoirien a lancé une opération d’identification et de reidentification des abonnés de téléphonie mobile. Initialement prévu pour mi-mars, puis fin mars, le délai a été repoussé au 30 avril. Sinon au 1er mai, parce que des messages d’opérateur invitaient les abonnés à se faire identifier, dans leurs agences exceptionnellement ouvertes ce jour de la fête du travail.

Seulement, lors de la rencontre entre le chef de l’Etat et les travailleurs, la question de la délivrance de la Carte nationale d’identité (Cni) a été évoquée. Et, le président Ouattara a reconnu que le système actuel laissait à désirer. Devant les travailleurs, le chef de l’Etat a donc promis que le nécessaire sera fait, pour permettre aux personnes dans le besoin de disposer de leur Cni. Surtout que ces pièces établies en 2009 pour une durée de 10 ans arrivent à expiration en 2019, alors que la prochaine présidentielle est prévue en 2020.

Et pourtant, en l’absence de Cni (ou de toute autre pièce biométrique), l’opération d’identification reste impossible. Conscients de cet état de fait, les opérateurs ont dû revoir leur façon de procéder. Dorénavant, toute personne sans pièce d’identité et désireuse de se faire identifier peut se faire parrainer par un proche qui en dispose. Là encore, ça piétine. Pis, ça biaise l’opération dont le but est de mettre un nom sur chaque abonné. Pour des raisons sécuritaires. C’est fort de toutes ces raisons que l’opération pourrait encore durer. Combien de temps ? Impossible en l’état actuel de répondre. Toutefois, le délai du 30 avril sera encore repoussé. A coup sûr.  

Qu'en pensez vous ?

commentaire(s) pour l'instant ...